Belfast
ÉP. 4

Belfast

Les rues étaient pleines de monde. Environ 30 000. Ce soir à Belfast, c’était la Culture Night et 250 évènements parsemés à travers la ville courtisaient mon attention chancelante.

Je ne savais que très peu de choses sur Belfast, sinon que du sang y avait coulé un certain dimanche et que s’en était suivi, des années 60 jusqu’aux années 2000, une période de violence dont je pouvais dessiner les grandes lignes, mais d’un trait hésitant. Ici, comme dans tant d’endroits, la politique et la religion avaient nourri la haine entre les hommes.

Or, en ce soir de fête, la seule noirceur perceptible à mes yeux de touriste était celle du ciel. Un bleu aussi profond que les abysses de l’océan et transpercé par l’énorme flèche d’acier inoxydable qui se dresse au sommet de la Cathédrale St-Anne, et où des guirlandes flottaient au vent.

Sur Commercial Court, une charmante rue pavée du Cathedral’s Quarter, des lanternes étaient suspendues entre les commerces, alors que le banc sur lequel j’étais grimpée pour prendre une photo de la foule était orné de tricots multicolores. Belfast me semblait à la fois farouche et effervescente. Des projections étaient diffusées sur la façade du Metropolitan Art Center, le Harp Bar célébrait le 10e anniversaire du décès de Johnny Cash, des jeunes créatifs discutaient de la régénération de la ville au Dark House Pub et des lutteurs mexicains divertissaient les festivaliers à une intersection bondée de monde.

Quant à moi, j’étais seule dans cette marée humaine, lorsque j’ai cru entendre mon nom.
- Tamy?
-  Euh. Oui?

Un jeune homme se tenait devant moi, accoté contre un mur de briques. Il portait un manteau de laine noire et une barbe de deux jours. J’avais beau chercher, je n’arrivais pas à le replacer.

- C’est William! Tu te souviens de moi? Je suis l’ex-copain de ta sœur. 

AH BIN TIENS. William! L’Irlandais qui étudiait à Montréal et avec lequel ma sœur était sortie pendant une nanoseconde. Ce soir, une série d’évènements et de non-évènements faisait en sorte que nos chemins se croisaient à Belfast. La chance sera toujours le meilleur ami du voyageur.

***

La rue était pleine de monde.  Environ 300. Ce matin, il y avait un conflit à Ardoyne, un quartier pro-irlandais au nord de Belfast. Un groupe d’unionistes essayaient d’y faire passer un défilé probritannique et la police les empêchait de passer depuis des semaines, sans quoi la bagarre allait éclater.

Je m’étais rendue dans ce quartier avec Gerry, un ancien prisonnier, nationaliste jusqu’au bout de ses ongles, jaunis par la cigarette qu’il tenait dans son bec. À l’époque des Troubles, Gerry avait posé une bombe dans le centre-ville de Belfast afin de faire sauter des militants probritanniques.

« Je me rappelle que lorsque la bombe a explosé et qu’on a appris que personne n’avait été tué, j’étais extrêmement déçu. »

Mettons que c’est le genre d’affirmation qui commence drôlement une rencontre. (Voyez ma journée avec Gerry ci-bas en images)

http://vimeo.com/90875387

Des deux côtés de la rue, deux groupes qui veulent que le conflit cesse, mais qui refusent de se parler. Je suis naïve, certes, mais je n’ai jamais compris la guerre. Cette inhabilité qu’a l’homme de vivre en paix. Cette manie d’étaler la violence sur tous les continents comme du beurre sur des toasts.

***

Ma dernière soirée à Belfast, je la passais avec Conor, un blogueur rencontré sur Twitter. Nous nous étions donné rendez-vous au Spaniard, un minuscule bar à rhum situé sur la rue Skipper, où tous les gens, tout comme les murs tapissés de souvenirs, avaient une histoire à raconter.

En parlant des jeunes et du futur de Belfast, Conor m’a simplement demandé :

- Combien de personnes étaient à la célébration de la culture?
- Hummm, environ 30 000. En tout cas, c’est ce que j’ai lu sur le site de la BBC. 
- Et combien de personnes étaient à la manifestation?
- Environ 300.
- Eh bien, voilà.

Il paraît que l’on peut faire dire aux chiffres ce que l’on veut. En buvant mon troisième Dark & Stormy, je repensais aux guirlandes qui flottaient sur le toit de la Cathédrale.

Un vent de renouveau souffle sur Belfast.

activites

Activités

Lire la suite

Roadtrip en Irlande du Nord

Le soleil venait à peine de se lever lorsque Jonny est arrivé et l’absence de nuages gonflés de pluie ne faisait qu’attiser mon bonheur, puisque nous nous apprêtions à partir en roadtrip.    

musique

Musique

Écouter

Playlist de la semaine

Parce que nous avons tous un peu peur de nous écraser et que ça fait du bien de se détendre. Découvrez 15 chansons relaxes et/ou planantes. Bon vol!

hebergement

Hébergement

Lire la suite

Dormir dans un phare grâce au Irish Landmark Trust

Dormir dans la maison du gardien d’un phare, ça vous dit? Si vous allez en Irlande, c’est possible grâce au Irish Landmark Trust, un organisme à but non lucratif qui entretient et rénove des bâtiments historiques.

Adresse coup de coeur : Made in Belfast

Si vous allez en Irlande du Nord, allez vous balader au Cathedral’s Quarter, le centre culturel de Belfast. On retrouve dans ce quartier plusieurs petits cafés, pubs et restaurants, dont le Made in Belfast, où je me suis arrêtée pour le petit-déjeuner.

activites

Activités

Lire la suite

Les murales de Divis Street/Falls Road, Belfast

Gerry nous fait découvrir les célèbres fresques murales de Belfast : un endroit populaire pour les touristes qui désirent en apprendre plus sur l'histoire socio-politique de l'Irlande du Nord.

Le saviez-vous ?

- L’Irlande est devenue une république en 1921. À l’époque, l’Angleterre a négocié afin de garder six comtés du nord-est de l’île. Aujourd’hui, ces six comtés (Antrim, Armagh, Down, Fermanagh, Londonderry et Tyrone) forment l’Irlande du Nord, le plus petit pays du Royaume-Uni.

- Parmi les gens célèbres nés en Irlande du Nord, on retrouve l’acteur Liam Neeson, le musicien Van Morrison, le poète Seamus Heaney (gagnant du prix Nobel de littérature en 1995), ainsi que l’ancien pilote automobile Eddie Irvine. 

- Le Titanic a été construit à Belfast. C’est également dans cette ville que vit un tiers de la population du pays.

- La première fois que Led Zeppelin a performé « Stairway to Heaven », c’était le 5 mars 1971, au Ulster Hall de Belfast.

- Presque la moitié de la population de l’Irlande du Nord a moins de 30 ans. 

Bonnes adresses Belfast

Culture Night

Festival annuel avec plus de 250 activités

Clanmill Arts & Business Centre, Bridge St, Belfast BT1 1LU, Royaume-Uni

Site web

Voir sur la carte

Proposé par
Marie Husson

Pont Carrick-a-Rede

Pont de corde qui relie l'île de Carrick au reste de l'Irlande

119a Whitepark Rd, Ballintoy, County Antrim BT54 6LS, Royaume-Uni

Site web

Voir sur la carte

Giant's Causeway

Formation volcanique située sur la côte d'Irlande du Nord

44 Causeway Rd, Bushmills, Antrim BT57 8SU, Royaume-Uni ‎

Site web

Voir sur la carte

Proposé par
Anaëlle Saulnier

White’s Tavern

Taverne

2-4 Winecellar Entry, Belfast, County Antrim BT1 1QN, Royaume-Uni ‎

Site web

Voir sur la carte

Proposé par
Elisabeth Meur-Poniris

Made in Belfast

Café-restaurant

Units 1 & 2, Wellington Buildings, Wellington St, Belfast BT1 6HT, Royaume-Uni

Site web

Voir sur la carte

Proposé par
Marie Husson

Blackhead Lightkeeper's House

Bed & Breakfast dans un vieux phare réhabilité

Light House, Whitehead, Carrickfergus, Co. Antrim BT38 9NZ, Royaume-Uni

Site web